Le plan de travail : Comment se lancer ?

Vous m’écrivez souvent sur instagram pour me demander comment se lancer en plan de travail. Beaucoup d’enseignant·e·s se sentent perdu·e·s au début avec cet outil, iels se noient sous le travail, n’arrivent pas à tout gérer. C’est normal, c’est un outil puissant dans la classe mais c’est aussi un outil complexe.

Mais le plan de travail, kézaco ? Un temps dans la classe où le travail n’est pas collectif mais individualisé autant que possible. La classe devient une fourmilière où chacun·e, seul·e ou à plusieurs avance ses différents travaux, recherches, créations, projets… souvent appuyé·e d’une feuille de route établie soit par l’enseignant·e, soit l’enfant, soit les deux.

Dans chaque classe où je suis allée, c’était un temps important et apprécié, qui me permettait d’être plus disponible pour accompagner les enfants. Iels développaient leur capacité d’organisation, d’autonomie, de prise de décision et travaillaient avec envie. Je commence toujours, en cycle 3, par une heure dans l’emploi du temps, chaque matin. Ensuite, je fais en fonction du groupe classe. Une année, je n’avais quasiment plus aucun temps collectif à part pour présenter les multiples créations et expériences réalisées dans ce plan de travail ou mettre en place des projets collectifs, réguler la vie du groupe… Chaque groupe classe est différent et demande une adaptation spécifique.

Je veux donc vous donner quelques pistes sur 1) Comment faire pour débuter ? 2) Les choses auxquelles il faut avoir pensé en amont.

Evidemment, ce sont mes idées croisées à celles des collègues avec qui j’ai pu en discuter, des ateliers auxquels j’ai participé avec le mouvement freinet. Ce n’est pas une recette que je vous propose, plutôt des pistes d’attention. Ensuite, à vous de lire d’autres articles, de croiser les regards, de faire à votre sauce.

  1. Pour débuter, si le plan de travail individuel vous fait peur, rien ne vous empêche d’en faire un collectif. Cela vous permettra de prendre possession de l’outil, de le découvrir et de même pour vos élèves. Je le répète sans cesse mais être la·le professeur·e de ses rêves dès la première année, c’est une ambition un peu démesurée. Et quand on se lance sur tout en même temps, ça peut nous convenir mais ça peut aussi nous noyer. Personne ne nous forme vraiment au métier alors laissons nous le temps. Sur le plan de travail, par exemple, je suis loin de ce que j’aimerais proposer aux enfants, ce n’est pas grave, je chemine. Par ailleurs, quand vous arrivez dans une classe qui n’est ni habituée à l’autonomie ni à la coopération et bien c’est comme tout, ça s’apprend et pour cela, il faut du temps et des étapes.

L’idée peut donc être, dans un premier temps, de proposer un plan de travail collectif et avec des activités qui ne demandent pas de comprendre tout un tas de consignes différentes.

Voici des exemples d’activités que vous pouvez proposer, après les avoir déjà faites quelques fois avec les élèves : rédiger un 1er jet de texte libre, recopier son texte au propre, écrire une poésie et l’illustrer, réaliser des opérations posées (que vous affichez dans la classe), réaliser une fiche de construction géométrique, participer à un rallye lecture, réaliser une recherche pour un article de journal ou un exposé, rédiger une lettre à sa·son correspondant·e… Ce qui me semble intéressant, c’est de trouver un maximum de travail que inclut par lui-même une différenciation comme le texte libre.

L’autre possibilité, si on veut individualiser le travail dans certaines matières, c’est :

  • d’utiliser des outils qui peuvent s’utiliser seul·e avec auto-correction, comme les fichiers PEMF ou lecture sciences de chez Odilon (qu’au fur et à mesure des années, on peut mettre sur sa coop).
  • de créer des ceintures dans certaines matières pour travailler les compétences à son rythme.

2) Les points d’attention qui peuvent aider : Ce sont pleins de petites questions à se poser avant pour permettre une fluidité dans le fonctionnement.

  • Comment les élèves savent ce qu’iels ont à faire ? Sur une affiche, une fiche à coller dans un cahier, une fiche dans une pochette… ?
  • Où trouvent-iels le travail ? Une pochette, différents espaces, des affiches…
  • Où rendent-iels le travail ? Des bacs, écrit ou collé dans le cahier du jour, dans une pochette dédiée…
  • Comment est envisagée la correction ? Auto-correction (où ?), correction collective, en petit groupe, directement par l’enseignante sur le support…
  • Comment demande-t-on de l’aide ? Les élèves peuvent-ils s’entraider ? Par exemple, dans ma classe, au-delà de la possibilité de s’entraider entre pairs, on a mis en place un outil tout bête quand iels ont besoin de moi. Iels écrivent leur prénom au tableau les uns sous les autres. Je les appelle dans l’ordre et iels se déplacent à mon bureau. Une fois qu’iels ont écrit leur prénom, iels savent qu’il y a d’autres personnes avant elleux et donc iels travaillent sur autre chose en attendant.
  • Une astuce qui les aident beaucoup : le bilan collectif à l’oral. Chaque jour, on garde 5 à 10 minutes en fin de plan de travail pour que les enfants puissent dire : leur fierté, leur réussite, ce qu’ils ont appris aujourd’hui et aussi leur difficulté, leur besoin d’aide. Soit je peux répondre immédiatement, notamment quand c’est une question du type « Où est-ce que je range telle feuille ? », soit c’est une difficulté sur laquelle je sais que d’autres enfants peuvent aider et donc un élève volontaire qui a compris le travail s’engage à accompagner l’enfant en difficulté au début du temps de plan de travail suivant.
  • Que font-iels quand iels ont fini le travail proposé ? J’ai toujours une case « facultatif » dans mon plan de travail pour leur donner des idées. Certain·e·s seront très content·e·s d’avoir du temps libre pour se lancer dans une recherche, une création, une lecture, pour d’autres, rien que le fait d’avoir écrit que ce sont des possibilités et que c’est intéressant, ça leur permet de se lancer.
  • Vont-iels tout comprendre de mes intitulés ? Mon plan de travail est-il adapté à tout·e·s ? En maternelle ou pour des élèves UPE2A (enfants allophones), on utilise des symboles ou des images que l’on a travaillé avec elleux avant. Avec tous les enfants, cela peut aider, de ne pas surcharger la feuille en écriture. Pour un enfant avec des troubles de l’attention, il vaut mieux en mettre moins, quitte à rajouter plus tard si iel peut en faire plus, sinon vous risquez de la·le noyer sous les informations et demandes.

Si vous en avez la possibilité, le plan de travail, c’est aussi un moment génial pour exploiter l’espace de la classe et faire autre part qu’à sa place, bouger, être dans un endroit réservé à un domaine. Vous pouvez avoir un coin arts avec des pastels, de la peinture, du matériel de collage… ; un coin sciences avec par exemple des fichiers Odilon ou Naturellement Sciences (PEMF) et le matériel d’expérience ; un coin informatique pour faire des recherches, taper ses textes, écouter une musique ou un podcast sélectionné par vos soins ; un coin musique pour jouer, s’enregistrer ; un coin bibliothèque pour lire dans une atmosphère cocooning ; un coin construction etc…

Ce qu’il faut savoir, c’est que les premiers plans de travail demandent un apprentissage pour les élèves. C’est donc un apprentissage qui se rajoute aux apprentissages déjà en jeu dans les travaux que vous leur demandez. C’est donc normal que ce soit compliqué pour certain·e·s, que ça génère un peu de bruit. Le tout est de le réguler petit à petit en donnant au début des activités vraiment simples de compréhension et mises en action. Vous connaissez vos élèves et donc vous savez très bien qui va être un peu perdu·e et aura besoin d’un coup de pouce entre deux travaux pour se relancer.

Petit à petit, au fur et à mesure de votre pratique, mais aussi de celle de la classe, pas forcément habituée à l’autonomie, vous allez pouvoir aller vers un plan de travail avec plus de choix, plus de personnalisation.

Je suis à peu près certaine d’avoir oublier pleins de choses donc cet article va sûrement évoluer avec vos questions/remarques. N’hésitez donc pas !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :